[CLASSE] Thymio à Lormont (du CP au CM2)


#1

Depuis le début de l’année scolaire, 3 collègues P.E. et moi-même utilisons les robots Thymio durant le temps scolaire avec des classes de cycle 3 et de cycle 2 sur la commune de Lormont (33). Notre action restent ponctuelle dans les écoles (9 fois par classe pour toute l’année) car nous intervenons sur plusieurs écoles.
Pour ma part je les utilise en CM2 et plus surprenant en CP. Mes collègues s’occupant d’autres niveaux.
Grâce aux robots, les élèves de cycle 3 apprennent à travailler en groupe, à coopérer pour trouver des solutions aux problèmes que leur présentent les robots. Nous avons jusqu’alors travailler sur les programmes pré intégrés des robots et aborder la programmation grâce au logiciel d’ASEBA.
Pour les cycles 2 et donc la classe de CP, les résultats sont très étonnants. Ce qui n’est pas une surprise, c’est l’aspect captivant de cette activité. Les élèves restent subjugués par l’usage des robots. Ce qui est plus intéressant c’est la motivation qu’ils développent pour leur usage. Ainsi, alors que cette classe présente de grandes difficultés dans les apprentissages, les élèves ne rechignent pas à essayer de lire pour comprendre les consignes. En tant qu’enseignant, on pense ainsi avoir trouver une activité qui les incitent à apprendre à lire. Et là, on pense avoir trouver le Graal, surtout lorsqu’il s’agit d’élèves en grande difficulté scolaire.
Pour autant j’ai dû adapter le Kit pédagogique à ce niveau de classe. Je l’ai simplifié en apportant plusieurs modifications, notamment pour ce qui est du vocabulaire.
Je présente ici les missions 2 et 3 simplifiéesmission3 simplifiée cycle 2.pdf (146.8 Ko) mission2 simplifiée cycle 2.pdf (39.7 Ko)
Pour la suite, je vais procéder à tâtons en vérifiant tout d’abord leur capacité à comprendre puis utiliser le logiciel de programmation.
Suite donc au prochain numéro.


#2

Merci pour ce premier retour, Stéphane, très intéressant et très encourageant, qui illustre combien la robotique éducative associée à des activités bien ciblées peut apporter dans les apprentissages d’élèves en difficultés.
Merci pour les adaptations des fiches pour les enfants de CP.

Didier


#3

#4

Quelques nouvelles des écoles de Lormont. En ce début d’année 2015, Thymio a trouvé de nouveaux adeptes. des élèves de CE1 ont vérifié que Thymio savait se comporter en société avant de lui demander d’être la monture d’un chevalier LEGO dans son duel face à un autre chevalier.
Les élèves étaient subjugués par ces machines qui ont dû être à la hauteur car les enfants les ont mises à rude épreuve.
Par ailleurs les cycles 3 se préparent en équipe de 2 à bien programmer leur thymio grâce au logiciel ASEBA.
Ils doivent permettre à leur robot de franchir dans un espace clos, plusieurs obstacles en un minimum de temps. Ce défi d’abord en équipe au sein d’une classe sera suivi d’un autre entre les meilleures équipes de différentes classes en fin d’année.


#5

des petits liens pour mettre en avant tous ces élèves


#6


#7


#8

J’ai déjà vu ces robots quelque part :smile:
Merci pour les photos !


#9

Bonjour Stéphane, bonjour à tous, je viens raconter mon expérience concernant le projet robot que je mène dans les classes de CM1/CM2 du REP + de Lormont.
Je me reconnais dans la description de ton expérience que tu partages avec nous, Stéphane (voir message du 1 novembre 2014). Effectivement l’aspect captivant de cette activité fait que les élèves sont impliqués dans un projet commun, apprennent à travailler en groupe et à coopérer.

Pour ce qui me concerne, le module d’apprentissage porte principalement sur les objectifs pédagogiques suivants :

  • développer des sujets, des projets favorisant une ouverture sur les sciences du passé, actuelles et du futur.
  • amener l’élève à entretenir un rapport dynamique avec son milieu, tout en gardant une distance critique à l’égard de l’exploitation de l’environnement, du développement technologique et des biens de consommation.
  • exploiter l’écriture et les instruments de la communication pour collecter l’information, pour échanger et pour produire des documents.
  • développer le langage scientifique.

Lors de la première séance, nous avons essayé de définir le concept de robot : la majorité des élèves ont associé le robot à un humanoïde « comme dans I Robot,Transformers ou Terminator ». Je leur ai par la suite présenté le robot « Thymio ». Je leur ai demandé d’imaginer ce que Thymio est capable de faire. Plusieurs réponses : faire de la musique, danser, parler, faire les devoirs, apporter ce qu’on lui demande, nous réveiller, faire les courses… Puis, les enfants l’ont manipulé : ils n’ont eu aucune difficulté à faire fonctionner le robot.

La mission 7 « Le robot et l’Homme » a été assez complexe, les élèves ont rencontré des difficultés à associer les différents composants (bouton, détecteur,…) aux différents systèmes. J’ai donc simplifié la mission en travaillant uniquement sur l’intérêt des différents composants électroniques qui permettent le fonctionnement de Thymio. Les élèves ont ensuite complété des schémas (j’ai utilisé les photos de la fiche mission 7). Cette activité permet de donner plus de sens à l’activité qui suit : la programmation de « Thymio ».

Actuellement, les enfants apprennent à utiliser le logiciel de programmation afin de préparer une course de robots sur un parcours…

Comme ma collègue Laurence (voir sujet “Comment les robots perçoivent le monde !”), je prévois de mener des débats. Les sujets porteront sur : Le robot est-il l’avenir de l’homme ? Les robots : dangers ou progrès ? Le Magasine Citoyen junior n°37 de décembre 2013 consacre quelques pages sur ces sujets. Les articles de ce magasine pourraient être un élément déclencheur pour les débats.

Un prolongement est possible en arts visuels (mais je ne sais pas si j’aurai le temps de le mener en classe) : étudier des œuvres relevant de l’art robotique. Quelques liens :


#10

#11

Bonjour à tous et à toutes,

Je fais partie des trois collègues qui comme Stéphane utilise les robots durant le temps scolaire avec des élèves de classes de cycle 2 et cycle 3 sur la commune de Lormont.
Mon expérience est toutefois plus limitée que celle de Stéphane car j’ai mené au total moins de séances avec les robots en classe, et je me suis consacrée principalement au cycle 2 (CP et CE1). Je viens partager mon vécu de séances avec vous essentiellement en ce qui concerne donc les plus jeunes (élèves de 6 ou 7 ans).
La première séance menée avec des CP et m’a permis de mesurer le vif intérêt des élèves pour ces robots, et leur plaisir à les manipuler. La découverte libre du matériel est alors très importante, car l’attention de chacun ne se porte pas forcément sur le même élément du robot. Les différents tâtonnements des élèves pour découvrir les robots sont essentiels car après cette phase-là on peut prévoir une phase de discussion collective, afin d’amener les élèves à dépasser le côté affectif de la découverte pour formaliser les premières observations en utilisant un vocabulaire scientifique.
Certains élèves qui voient le robot avancer vers eux s’amusent de ce déplacement en disant que si le robot avance vers un(e) élève en particulier c’est parce qu’il est amoureux de cet(te) élève! On voit bien ici qu’à cet âge le rôle de l’enseignant(e) peut être d’amener les élèves confrontés à l’utilisation des robots à s’interroger d’un point de vue plus scientifique, pour ensuite les aider à formuler leurs observations avec rigueur et précision.
Une trace écrite des découvertes faites concernant les robots après un temps d’observation peut permettre de mettre en mémoire ces découvertes pour la séance suivante et de se distancer un peu du vécu lié à la découverte.
D’autre part, avec des élèves de CP ou de CE1 il me semble capital de bien penser en amont à la façon dont vont être introduits les robots dans la classe. Que va-t-on dire aux enfants pour justifier l’arrivée des robots etc. Pour ma part beaucoup d’élèves de CP ou de CE1 avaient déjà entendu parler des robots par leurs camarades plus âgés (CM2 notamment) qui avaient déjà eu des séances menées par mon collègue au sein de l’école. Ainsi certains connaissaient les prénoms des robots (Thymio).Etant donné que l’affectif joue encore un grand rôle à cet âge, l’entrée en matière doit être soignée.
Enfin pour des élèves de CP il me semble essentiel de ne pas aller trop vite dans l’apprentissage des différentes fonctions du robot, car sinon ils ne peuvent pas toutes les retenir à la fois ni les différencier de façon efficace. Par exemple au départ j’ai demandé à chaque élève uniquement de savoir allumer et éteindre le robot. Cette tâche a fait l’objet d’une séance, nous avons insisté sur la nécessité d’appuyer fortement sur le bouton rond. Au terme de cette séance les élèves devaient donc avoir repéré le bouton rond qui permet d’allumer et d’éteindre le robot et avoir pris conscience que lorsque le robot s’éteint ou s’allume on entend un petit bruit. Avec les élèves de CP j’ai donc choisi de lister les différentes manipulations permettant d’utiliser le robot puis de répartir leur apprentissage sur plusieurs séances.
Les CE1, eux, me semblent capables d’avancer un peu plus vite que les CP dans l’apprentissage, car ils peuvent mémoriser un peu plus de choses et surtout verbalisent mieux les observations faites.